J’ai rencontré Franck Ferrand, ami de Stéphane Bern, dans sa loge juste avant son passage à l’antenne. Il se réjouissait de l’esprit humoristique qui se tramait pour l’émission. J’ai admiré l’aisance du mot juste et bien placé. Ce fût un plaisir de l’écouter, plaisir, qui doit être, d’autant plus partagé par ses auditeurs.


Bonjour Franck Ferrand, vous êtes un écrivain d’histoire et animez une émission historique sur Europe 1. Comment vous a-t-on préparé pour cette émission ?

FF_02

J’ai presque l’impression que c’est moi qui les ai préparé, si je puis dire. C’est à dire que l’on nous a téléphoné, je dis nous, parce que nous sommes un certain nombre de complices et on nous a demandé de livrer le plus possible d’éléments, j’allais dire privés, en tout cas relativement peu officiels sur le personnage. Donc on a beaucoup parlé. A partir de là, ils ont montés une sorte de scénario et voilà. On vient de nous expliquer quel allait être le déroulement de l’émission.

Comment vous sentez-vous ?

Je me sens assez excité parce que je sens qu’on devrait s’amuser assez. Ce qui va être drôle, c’est d’amener Frédéric Lopez à un certain nombre de questions pas tout à fait attendues. A priori, c’est ce qu’on va essayer de faire.

Est-ce pour vous, une façon amicale, même si elle semble un peu vinaigrée, de rendre hommage à Stéphane Bern ?

Je ne suis pas un adepte de tout ce qui est acide, donc ce sera peu vinaigré mais peut-être un peu salé, j’espère. On va essayé de faire en sorte que ce le soit.

Je vous remercie beaucoup

Mais c’est moi qui vous remercie.