BRUNO JULIEN            CENT VOIX DE SOSYLAND D’UN COUP !




01Bruno Julien n’est pas le digne ambassadeur d’un artiste, d’un seul, mais l’humoriste effervescent d’une pleïade de personnalités qu’elles proviennent du monde du spectacle ou de la politique.

Bon nombre d’artistes de Sosyland ont interprété au départ, les répertoires variés de la chanson française. Ils ont de la bouteille : 5ans, 10ans, 20 ans voir 40 : Marcel Azna (doyen de Sosyland), Henri Giraud, Johnny Star, Floriant Pagnys, Arthur Jorka….et tant et tant d’autres…

Et un jour, ils ont décidé d’être l’ambassadeur d’un seul, avec opiniatreté et passion mais aussi avec tout le talent qui caractérise chacun.02

Lorsqu’on leur demande ce qu’ils ressentent quand ils interprètent Coluche, Cloclo, Florent Pagny, Charles Aznavour, Joe Dassin…la réponse est toujours la même : «  Je suis lui ! ».

Bruno Julien imitateur vocal et humoriste, artiste du paysage de Sosyland procède exactement à l’inverse mais pour les mêmes raisons de nous plaire et de nous divertir.

Le travail d’intimité auprès d’un artiste, il ne l’applique pas à un seul mais encore à un autre…

puis encore un autre….jusqu’à…quelle est la limite ?

Y en a-t-il une ?…Est-ce possible ?

Cent voix et oui : « Bruno Julien Cent voix en l’air ! ».

03C’est là toute la dimension de son talent, à savoir de repousser les limites de l’imitation au delà du possible.

Son secret ? Il va vous le révéler, recueillit par votre serviteur, peu de temps avant d’entrer sur scène (Duclair 76).

Fils d’un prof de biologie, j’ai été sollicité trop de fois à mon goût par mon père pour observer la nature lors de ballades (aujourd’hui je lui en suis reconnaissant)…excusez-moi donc de vous faire languir encore quelques lignes en vous présentant la comparaison du travail d’imitateur qu’opère Bruno Julien, avec celui de l’abeille.04

Pour découvrir le secret de l’expression de quelqu’un, Bruno Julien doit d’abord s’affairer à identifier et récolter tous les petits détails qui font qu’une fois recueilli, « c’est tout à fait ça ! ». C’est elle ou lui dans ce qui la ou le caractérise. Le pollen parfaitement récolté de la lavande produira de façon unique le miel de la lavande et non pas d’accacier, de chataignier ou de 1000 fleurs…Tout est donc dans l’art de receuillir le bon pollen de Jean-Marie Bigard, Franck Dubosc ou Laspalès…

05Ensuite, vient un travail d’intériorisation, de salivation et d’appropriation,…un travail de neurones et de salive….le talent.

Chez Bruno Julien c’est un nectar royal (sosie de Bern oblige…) du rire, qu’il offre généreusement POUR TOI PUBLIC…

et cela produit son effet…

…qui est le propre de l’homme…le rire !

Quel délice ! C’est magnifique de bonheur !

Oh oui ! Avec Bruno Julien : « Faisons l’humour ensemble ! »….

Humoristiquement parlant…bien-sûr !

Comment te décris-tu ?06

Ah Ah Stéphane, hihi, (avec le parlé de Franck Dubosc),ça fait vraiment un grand plaisir, je me décris comme un humoriste imitateur. Un jour j’ai rencontré Franck, tu sais Franck Dubosc. Il me dit : « J’aime ton parlé, ton sourire, tu as le truc avec les filles ». Il me dit : « J’aimerais prendre ta personnalité ».

« Ecoutes Franck, si tu veux prendre ma personnalité je te la vends. » Je lui ai vendu ma voix, ma personnalité, les filles que j’avais en stock, dont il est parti garni, le Franck. Tu le gardes pour toi Stéphane. Tu es fantastique.

07Depuis combien de temps tu es dans le métier ?

Je suis dans le métier profesionnellement depuis 16ans. J’ai commencé à l’âge de 18ans en animant des Comités des Fêtes et des soirées en discothèque. Ensuite j’ai rencontré un parolier, avec lequel j’ai fait mes textes. Nous les avons proposés à des producteurs de spectacles. Et maintenant je vis ma passio, parce que c’est une passion. Faut pas faire ça pour faire du spectacle, mais comme passion. Je suis content de le faire et tous les jours je créé de nouvelles voix. Il faut pour cela une très très bonne oreille, parce que il faut restituer le son que l’on entends de l’autre. Voilà, c’est le secret d’un bon imitateur.

Quels sont tes déplacements ?Carte_Visite

Je vais dans toute la France, que je parcours sur 50 000km/an, en voiture. Avec un peu d’avion et de temps en temps le train. Egalement aussi, un peu la Belgique. Les demandes proviennent du bouche à oreille, la publicité et mon site internet. Aujourd’hui, je suis avec Franck, le directeur d’Imag’in spectacle, qui est mon agent producteur de la région nantaise.

J’habites à Nantes, mais j’ai fais pas mal de cabaret à Paris. C’est à force de rencontrer pas mal de monde, que tu arrives à tourner. Bien sûr, il y a des moments plus difficiles les uns que les autres, mais c’est toujours un vrai plaisir quand on va vers le public et qu’on rencontre des gens supers. Et le public il est génial !

As-tu eu le plaisir de rencontrer les originaux que tu imites ?08

J’ai rencontré Chevalier et Laspalès 2 fois au Palais des Congrès à Nantes et je les ai imité en directe devant leur producteur et ma foi, ils se sont tous marré… avec la voix de Laspallès : « Je peux vous dire Stéphane que c’est un grand moment, j’raconte pas d’bêtises. Yavait des filles aussi, j’aime bien les filles, mais tu le gardes pour toi Stéphane, je ne veux pas que ça soit dit. Surtout divulgué…

Bruno, il te faut combien de temps pour rentrer dans la peau d’un personnage ?

09Tu peux mettre 15 jours, 3 semaines, un mois. La seule façon de savoir si tu es bien dans le personnage, c’est d’abord de faire bien sa voix correctement. Et la façon d’imiter sa voix c’est lorsque tu entends le son de sa voix dans tes oreilles. Donc il faut vraiment avoir une bonne oreille pour faire des imitations. Et après quand tu as l’imitation, tu fais des essais avec des amis, et après il faut que tu ai le gestuel. Le gestuel tu l’as devant tes amis et quand tu vois que ça marche, ça plait et que les gens rient comme quand je te fais Dubosc. Et ensuite tu te lances sur scène et tu le fais avec ton skectche que tu as écrit. Et après la voix plus le gestuel, tellement tu es dans le gestuel, quelque fois, que tu oublies le sketche. Et alors, après 2 à 3 galas quand tu es sûr de toi, tu ne te plantes ni dans le sketche, ni dans le gestuel.

L’imitation, ça peut être un déclic d’une minute, d’une heure et ça peut durer 3 mois. Voilà, y a pas de secrets.

Tu as combien de personnages à ton actif ?10

Une centaine de bonnes imitations. D’ailleurs mon spectacle s’appelle : «  Bruno Julien, cent voix en l’air ! ». Et c’est déposé. Et j’ai déposé aussi Bruno Julien Imitateur et ça fait quelques années.

Bruno, comment as-tu fait pour être détenteur d’une paire de chaussures de Serge Gainsbourg ?

Un jour j’ai rencontré Sylvio Bolinio (www.mimesuiveur.com) le mime suiveur des Champs des Champs Elysées qui est également le sosie international de Charlie Chaplin. Il me demande : « Tu fais Gainsbar dans ton spectacle ? ». Je lui dit : « Oui ! ». Sylvio avait l’exclusivité des Champs Elysées et passait tous les jours. A l’époque il y avait Serge Gainsbourq qui prenait son café. Il voyait souvent Sylvio passer devant lui avec son nez rouge et sa démarche légère pour imiter les passants. Et un jour Serge Gainsbourg dit à Sylvio : « Elles sont belles tes pompes ! », en regardant ses belles pompes de clown.

Sylvio de répondre : « Les tiennes sont bien aussi ».

Serge Gainsbourg : « Si tu veux on va les échanger ».

Sylvio lui a répondu : « Bah si tu veux ».

Et Serge Gainsbourg lui a donné ses mocassins blancs. Ce jour là, Sylvio me dit : « Bruno comme tu fais Gainsbar, prends-les ! ». et depuis les mocassins blans du dernier spectacle de Gainsbar sont dans mon placard. C’est une belle histoire.

Comme les moustaches de Popeck…J’ai rencontré Popeck à Paris, qui m’a dit : « Bruno j’ai vu que sur les photos lorsque tu me réprésentes, tu as des moustaches noires, or les miennes sont rousses. Donc, ile te faut des moustaches rousses Bruno. Un jour Philippe Bouvard m’a fait couper ma moustache et m’a fait un postiche, pour que je contiune à bosser ».

Après avor déjeuner Popeck s’en va et me dit : « Je vais te chercher mes moustaches ». Il s’est ramené avec ses vrais moustaches, son tube de colle et le joli petit nœud papillon que je met autour du cou. Depuis, j’ai les vrais moustaches de Popeck.

Voilà la belle histoire des chaussures à Gainsbar et des moustaches à Popeck !

Bruno Julien sur son site : www.brunojulien.fr présente toutes les prestations qu’il propose en compagnie de ses 2 carlas ou encore avec son orchestre ‘Sphère’ qui se fera le plaisir de vous faire danser après le Show.
moi_et_orchestre